Ce site respecte les principes de la charte HONcode de HON Ce site respecte les principes de la charte HONcode.
Vérifiez ici.

Google
Web Sur ce site

Dépistage du VIH : qu’est-ce qu’un test rapide ?

02/06/08
Les tests de dépistage rapide sont des tests à lecture visuelle. L’exemple le plus commun de test rapide est le test urinaire de grossesse, qui détecte les ß-HCG urinaires : s’il y en a, la couleur vire ; s’il n’y en a pas, rien ne change. Les tests rapides de l’infection par le VIH permettent de retrouver des anticorps anti-VIH dans les mêmes conditions.
On applique un liquide biologique sur le réactif, on attend le temps qu’il faut, et on regarde ensuite si cela vire. Trois tests rapides sont homologués en France, avec un temps de réaction de quinze minutes à une heure environ. Le test DETERMINE®, actuellement le plus utilisé dans le monde, rend un résultat en 20 minutes.

Les tests rapides sont-ils déjà disponibles ?

Oui, et depuis de très nombreuses années. La législation française, qui prévoit que deux tests utilisant des réactifs différents soient pratiqués en cas de dépistage, spécifie que l’un des deux, au moins, doit être un test ELISA. Ce qui signifie que l’autre peut être un test rapide. En pratique, ils sont donc disponibles, mais pas forcément très utilisés, pour plusieurs raisons :
  • - on ne peut pas rendre au patient un résultat provenant d’un test rapide isolé (or il sort avant le résultat du test ELISA, donc l’intérêt est limité),
  • - les test rapides sont autorisés à être pratiqués dans un laboratoire d’analyses biologiques, à partir de sérum ou de plasma ; cela signifie qu’il faut faire un prélèvement sanguin classique, mettre le sang dans la centrifugeuse pour séparer le plasma, et faire le test rapide Bref, comme pour un test ELISA.
Ils sont utilisés essentiellement dans des services d’urgence ou prenant en charge certaines urgences :
  • - en cas d’Accident d’Exposition Sexuel (AES) avec partenaire de statut sérologique inconnu,
  • - en cas d’accouchement non programmé à l’issue d’une grossesse non suivie (très pratique dans certaines zones d’endémie où les grossesses sont souvent très mal suivies, comme en Guyane).

Existe-t-il des différences entre les tests rapides et le test ELISA en terme de fiabilité ?

Objectivement, et sous réserve de la conclusion des experts réunis par la Haute Autorité de Santé (HAS) et de l’Agence Française de Sécurité SAnitaire des Produits de Santé (AFSSAPS, ex Agence du Médicament), il y en a très peu. Du moins plus aujourd’hui. Les premiers reproches faits aux tests rapides concernaient leur manque de sensibilité, donc un certain nombre de faux négatifs. Ensuite, il a plutôt été question de leur manque de spécificité, donc des faux positifs, ce qui était moins grave car il est plus facile de corriger un faux positif avec un test Western Blot qu’un faux négatif avec rien du tout.

Aujourd’hui, un certain nombre de tests rapides sont comparables, en termes de sensibilité et de spécificité, avec les tests ELISA de troisième génération. La question, telle qu’évoquée, concerne les tests utilisant du plasma. En ce qui concerne les tests utilisant du sang total, il y a déjà des évaluations qui ont été faites et qui sont convergentes. évidemment, il s’agit de tests qui recherchent les anticorps anti-VIH. Ils ne recherchent pas l’antigène p24, contrairement aux tests de quatrième génération qui sont utilisés dans plus de 80% des laboratoires, et sont plus précoces dans le dépistage de la primo-infection. En tenir compte permet de mieux en cerner l’usage.

A noter que, dans le monde, la très grande majorité des tests pratiqués sont des tests rapides (toute l’Afrique, toute l’Asie du Sud-Est...). On n’en fait qu’un et on le contrôle par un test ELISA le plus souvent en cas de positivité.

Quelles seront les modalités d’utilisation des tests rapides ?

Pour l’instant, la Ministre de la santé s’est prononcée pour des expérimentations, avant la fin de l’année, de nouvelles stratégies de dépistage utilisant les tests rapides, avec, notamment, l’appui des associations. Les premiers projets qui verront le jour participeront à un protocole d’évaluation biomédicale, sous l’égide de l’Agence Nationale de Recherche sur le Sida et les hépatites (ANRS), cela en attendant les recommandations de la HAS et leur traduction dans la réglementation. Le rapport d’experts, coordonné par le Pr YENI, consacrera également un chapitre à ce sujet. Des projets vont être déposés, concernant des expérimentations aux urgences, et également dans différents lieux par l’association AIDES.

L’évaluation permettra de déterminer la cohérence de l’expérience avec les recommandations, mais aussi visera à identifier les avantages de ces stratégies qui entourent le dépistage.

Des expériences pilotes seront menées avec la possibilité de faire de la consultation, pas forcément médicale, (autre aspect des recommandations édictées en décembre 2006 par le Conseil National du Sida), avec des tests rapides probablement sur sang total.

Les tests rapides ne concernent-ils que le VIH ?

Non. Des tests salivaires sont déjà utilisés dans le dépistage de l’hépatite C, notamment dans certains Centres Spécialisés de Soins aux Toxicomanes (CSST). Ils ne sont pas officiellement homologués, mais, étant donné leur faible « agressivité », ils ne seraient pas déplacés dans des lieux communautaires où on pourrait, par exemple, explorer la prévalence du VHC. Des solutions ont été envisagées avec la syphilis, l’hépatite B, avec pour l’instant moins de fiabilité et une utilisation plus délicate. Mais l’expérimentation rapide de tests à lecture visuelle concerne a priori les tests VIH.
Michel OHAYON, Médecin, Coordinateur médical à Sida Info Service. Photo et relecture Jacqueline COTTALORDA, Virologue, CHU de Nice
L'information mise à disposition sur www.revihop06.org vise à soutenir et à renforcer l'information sur des questions en rapport avec la santé. En aucun cas elle ne se substitue à la relation entre un soigné et un soignant. Responsable éditorial : B. Prouvost-Keller, Médecin coordinateur Réseau Ville-Hôpital VIH
Copyright 1999-2014, Revi-hop 06